mardi 29 mars 2011

Hack'n Slash : la définition

 


Très souvent, le terme "hack'n slash" est confondu avec les types de jeux suivants, qui ne lui correspondent pas complètement :

- Action-RPG : Ces jeux proposent généralement des combats tactiques avec pause, voir des menus pour choisir les ennemis. Exemples : Baldur's Gate, Final Fantasy.
- Porte-Monstre-Trésor : C'est un terme quelque peu vieillot, voir même réducteur. Exemples : Donjons et Dragons, Gauntlet.
- Beat-them-all : Ces jeux sont bel et bien axés sur la baston, mais ils proposent des combos, ou des actions spécifiques à effectuer pour "finir" les ennemis en beauté. Exemples : Final Fight, Darksiders.

Un hack'n slash, c'est un jeu de rôle orienté action. Il ne faut pas comprendre par là que le jeu est simplifié, ou que le scénario est complètement dénué d'intérêt... On peut même dire que si l'histoire, l'ambiance, les graphismes, et les musiques sont bien travaillés, le jeu n'en sera que meilleur. Mais ce qui est certain, c'est que dans un hack'n slash les développeurs ont mis l'accent sur les points suivants :

- Action : Les combats doivent être omniprésents et violents, avec une tonne d'ennemis.
- Optimisation : Les races/attributs/compétences sont équilibrés et intéressants, pour permettre aux joueurs de peaufiner leurs personnages.
- Loot : Les trésors sont nombreux, et de qualité.
- Rejouabilité : Le jeu doit être suffisamment solide et addictif au niveau gameplay, pour donner envie d'y rejouer encore et encore, même une fois terminé. Et pour ça, il ne suffit pas d'avoir des monstres à éradiquer en masse... Il faut que la difficulté du jeu soit bien dosée, que le joueur ai besoin de réfléchir à sa stratégie pendant les combats, etc.

Pour finir, les hack'n slash proposent souvent une vue de type isométrique, mais ça n'est pas forcément obligatoire. Hellgate London, par exemple, avait tenté l'originalité, et avait réussi à mixer une vue de type FPS avec une vue à la 3° personne de type MMO.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire